Aller au contenu

Historique

Il est difficile de calculer précisément le poids que représentent tous les types de violence, ou leur incidence sur la productivité économique sur notre territoire. Les éléments dont nous disposons, montrent que les personnes qui ont été victimes de violence ont plus de problèmes de santé et sollicitent plus souvent les services sanitaires, sociaux et judiciaires au cours de leur vie.

Les coûts afférents à la violence contribuent considérablement aux dépenses annuelles de notre région. Ainsi, sur la base du Rapport MARRISAL (1), la violence dans le couple coûterait, à elle seule et en frais directs, plus de 48 millions d’euros à la région Midi-Pyrénées.

De ce fait, la concertation entre les différents domaines concernés visant à mener des actions de prévention est indispensable.

Les recommandations françaises (2, 3, 4) émises à ce sujet précisent des priorités d’action :

  • Inciter au dépistage de la violence (à tous niveaux)
  • Sensibiliser les médecins, les professionnels de santé, les hôpitaux
  • Encourager la formation de réseaux pour améliorer la prise en charge et le suivi des cas,
  • Organiser à l’échelon local, des rencontres entre les professionnels de différents champs d’action (médical, social, judiciaire),
  • Développer la connaissance épidémiologique sur la violence et ses déterminants,
  • Développer des actions de prévention

Depuis fin 2003, une action régionale sur la prévention de la violence est portée par le réseau PRÉvention Violence et Orientation Santé (PREVIOS). Ce dernier réunit des acteurs de différents domaines (sanitaire, social, judiciaire…) pour mener des actions de prévention auprès des professionnels et des personnes concernées par la violence.

Un Comité régional de suivi réunit les institutions départementales et régionales sanitaires, sociales et judiciaires autour de cette action.

L’action d’amélioration a abouti à un état des lieux sur la prise en charge de la violence (2006), à la création de trois consultations de prévention de la violence (2006-2007) et à des actions d’amélioration des pratiques au vu des priorités identifiées.

L’aspect innovant de ce projet réside :

  • dans la création de lieux pluridisciplinaires d’accueil et d’évaluation des situations de violence favorisant le suivi des usagers concernés, la concertation entre les professionnels amenés à les prendre en charge et le recueil épidémiologique,
  • dans la promotion des connaissances scientifiques relatives à la violence auprès des professionnels (de santé et autres),
  • dans la définition de priorités d’évaluation et de prévention menés de façon multidisciplinaire,
  • l’accompagnement de recherches actions
  • la création de formations spécifiques sur la thématique de la violence.
Références :

1. Etude de faisabilité d’une évaluation des répercussions économiques des violences au sein du couple en France Rapport au Service des droits des femmes et de l’égalité, Marissal, Chevalley. Nov. 2006, 111p
2. Violence et Santé Rapport Tursz, mai 2005, 124p. (Synthèse des rapports de six sous commissions : « Violence et Enfants, adolescents et jeunes » Rapport Baudier Mars 2005, 85p. « Genre et violence » Rapport Lebas Mars 2005, 40p. « Institutions, organisations et violence » Rapport Brixi Mars 2005, 93p. « Personnes âgées et personnes handicapées » Rapport Joël Mars 2005, 70p. « Violence et santé mentale » Rapport Lovell, mars 2005, 80p. « Violence, travail, emploi et santé » Rapport Dejours Mars 2005, 139p.)
3. Les femmes victimes de violences conjugales, le rôle des professionnels de santé Rapport Henrion, Février 2001, 64p.

4. Violence et santé Rapport du Haut Comité de Santé Publique. Collection avis et rapports,rennes Editions ENSP, janvier 2005, 160 p.

 

Synthèse des actions financées par le GRSP de Midi Pyrénées 2006-2009